La bataille de La Madeleine

 

Du 17 au 20 juin 1940 , des combats se déroulérent sur le territoire de La Madeleine entre les allemands

et le 2éme bataillon du 161e R.I.F.

Article paru dans le bulletin paroissial Saint Phlin La Madeleine - juin 1950 - à l’ occasion du 10e anniversaire des combats qui eurent lieu du 17 au 20 juin 1940.

Compte rendu de la bataille de La Madeleine, dans le « Bulletin des Anciens du 161e R.I.F. » :

18 juin 1940. Le 2e bataillon reçoit l’ordre de se porter sur la Meurthe, rive sud-ouest, entre la Soudière (inclus) et le ruisseau de La Madeleine (exclus). Le mouvement s’opère sous un tir d’artillerie assez violent et par une chaleur accablante. Les 1er et 3e bataillons reçoivent l’ordre d’évacuer la rive ouest de la Moselle. A peine sont-ils arrivés sur leurs nouvelles positions que l’ordre leur parvient de rejoindre les emplacements quittés. Ils s’y rendent et sont soumis, dès leur arrivée, à un violent tir d’artillerie.

19 juin 1940. – A 4 heures du matin, le 2e bataillon est attaqué, après une préparation d’artillerie de 105, 150 et de minen. L’ennemi tente de franchir la Meurthe. A la 5e compagnie, qui supporte l’effort principal, les pertes sont sensibles. A 6 heures, profitant de l’écrasement de plusieurs points d’appui par le pont-canal. Sa progression est rapidement enrayée et il doit repasser l’eau. A 7 h. 30 et 8 heures, nouvel effort sur tout le long de la Meurthe. Nouvel échec. A 9 heures, la situation de la 5e compagnie devient critique. L’adjudant-chef Carru est mortellement blessé. Des infiltrations se produisent. Une contre-attaque, menée par une section de F.V. appuyée d’une section de chars, rétablit la situation ; l’ennemi repasse la Meurthe ne désordre. Le capitaine Thiébaut, commandant la 5e compagnie, est grièvement blessé. C’est aussi le tour de l’adjudant-chef Cattanéo, de la 6e, qui refuse de se laisser évacuer et qui succombera à ses blessures. Le sous-lieutenant Huard déclenche un tir de mortiers sur la ferme de Saint-Phlin, par où l’ennemi débarque ses renforts. Il lui cause de grosses pertes. Le sergent Ory, qui commande la section de F.V., de la C.E.F.V. ; est gravement blessé. Vers 18 h. 30, devant la 6e compagnie, l’ennemi tente le franchissement de la Meurthe par canots automatiques. Onze embarcations sont coulées, dont plusieurs par le caporal Pernin. Mais la situation du 2e bataillon est critique. Ses deux flancs sont découverts et l’ennemi opère sur ses arrières. A la pointe du jour, le lendemain, après un dernier et vif engagement au P.C. du commandant, sur lequel se sont repliés les débris des compagnies, la lutte cessa.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 Voici par contre une photo en 1945 d'un vehicule US et tractant un canon , rue Pierre Cremel .

(Photo prise du haut de l'ancienne école)

CI DESSOUS DES PHOTOS DE LA MADELEINE APRES UN BOMBARDEMENT

L'IMMEUBLE PLACE DAGUIN

LE PONT SUR LE CHEMIN DE FER

L'ECLUSE DU CANAL

L'USINE FUT TRES AFFECTEE PAR CE BOMBARDEMENT

LE PONT TRANPORTEUR AUSSI FUT TOUCHE

LE PONT AU DESSUS DE LA VOIE FERREE

DIVERS AUTRES BATIMENTS QUI N'EXISTE PLUS DE NOS JOURS

UNE AUTRE VUE DE L'USINE

UNE VUE DE L'USINE ET DU PONT AU LOIN

(merci à Jean Paul Louis pour ces rares clichés)

...............................................................

Il y avait egalement une petite garnison allemande à la Madeleine

dont voici un soldat sur le pont de la Meurthe

 et un autre qui pose au pied du pont

 Le saviez-vous ?

Pendant la seconde guerre mondiale , le pont-canal de la Madeleine devait étre détruit par la resistance

ils passérent à l'acte à deux reprises mais echouérent .

une partie de ce recit se trouve dans ce livre

Des combats eurent lieu sur le pont-canal , le 16 septembre 1944 entre la patrouille

du sous-lieutenant Alfred Gardeux (FFI) et firent 5 prisonniers allemand et 1 blessé .

............................................

Le saviez-vous ?

- L'une des cités de l'avenue Louise fut le cadre d'un événement  lors de combats en 1940 , en etant le QG du 161éme RIF

- Une femme exceptionnelle , Mme Dupré fit preuve de bravoure en cachant pendant toute la durée du conflit le fanion du 2éme Bataillon du 161éme Régiment d'Infanterie Francais qui avait pris position chez elle . C'est grace à elle qui l'a sauvegardé que celui-ci est présenté  aujourd'hui dans une vitrine du musée de l'armée à Vincennes .

- Plusieurs milliers de bombes tombérent sur la Madeleine lors d'une seule bataille

- Des batiments phlinois furent trés endommagés (cités , usine , ponts , commerces , etc...)

Pour en savoir plus , lisez ce livre d'exception ecrit par Mr Jacques Mangenot

Imgp2969

Commentaires (1)

Daniel Silver
  • 1. Daniel Silver | 08/01/2012
Merci pour ce site et ces photos extraordinaire. Mon grand-père (Francis Valleur) était Lt. dans le 161e Régiment de Forteresse, et c'est battu ici. Merci a M. Clauvelin qui m'a contacter et m'a donner d'information concernant cette partie de la guerre.
Daniel Silver
Kingston, Ontario
Canada

Ajouter un commentaire