Historique

 
 
L'histoire de la Madeleine
 
La Madeleine n'a pas toujours porté ce nom depuis son histoire qui débuterai
dés 1189 ou se trouvait une léproserie .
Le nom de ce petit lieu etait Malaurupt qui deviendra en 1224 , Marlauru jusqu'en 1603 .
En 1550 , Marlauru se composait uniquement d'une seule maison , une ferme .
C'est seulement cette année-là , que l'on trouvera le premier La Madeleine ,
elle s'appelle "La Madeleine-Lés-Nancy".
A la révolution en 1789 , la chapelle et les batiments religieux seront incendiés .
Et La Madeleine-Lés-Nancy devient Malocourt .
Les terrains et les batiments de La Madeleine sont vendus à une famille de notable
de Nancy en 1791 qui rebaptise le lieu en "La Madeleine".
L'ére industrielle touchera La Madeleine avec l'acquisition de son territoire
par Benjamin Maguin qui crée
" La société des produits chimiques de l'Est " en 1881 .
La production demarrera l'année suivante , c'est les débuts des "Soudiéres de la Madeleine".
Le voisin de Varangéville , Ernest Daguin qui developpe un nouveau procédé de transformation
fusionne avec l'usine de la Madeleine et crée "Daguin et Cie" en 1884 .
Ci-dessous , Ernest Daguin
Voici une vue de la premiére soudiére de la Madeleine .
C'est le gendre d'Ernest Daguin qui sera le premier directeur de la soudiere de La Madeleine de 1881 à 1904.
Il s'agit de Marcel de Marcheville
Les premiers batiments verront le jour comme des cités face à l'usine ainsi que des écuries . Des cités longent l'usine a l'actuel emplacement de la salle des fétes . Ce sont les cités à échelles .
L'usine fait construire 71 cités , ceux de l'avenue Julie et Marthe et le long du canal et la rue de la Meurthe .
Sur le plan , ci dessus , on voit un plan de l'usine et la route qui la sépare de la future place Daguin , la nationale 4 .
Face à l'entrée de l'usine , un immeuble cités , l'écurie et un café .
Sur la droite , se situe les cités à échelles , des jardins , l'avenue Julie et les cités ouvriéres .
Ci-dessous , une vue de cet endroit ou vous apercevait sur la droite , les cités à echelles et ses jardins (actuelle salle des fétes) , au bout du jardin , les traditionnelles toilettes . Et l'on voit enfin , les cités ouvriéres de l'avenue Julie .
Il y avait ègalement un pont de dechargement mécanique qui fut construit en 1894 et qui passé au dessus de la route .
Ce pont existe toujours mais fait desormais office de support de tube de transport d'eau .
Sous le pont , se trouvait également une entrée .
 
 Voici quelques personnages de notre village
- Jules Danis , né en 1867 , il fut le directeur général des soudiéres de la Madeleine de 1905 à 1915 .
Jules Danis
 
- Daniel Serruys , PDG  de la société anonyme du comptoir du sel et des produits chimiques de l'est dés 1946
 

Sous-pages :

Commentaires (2)

DEQUEANT
  • 1. DEQUEANT | 16/05/2012
En 1870 , création , en lieu et place des soudières ,d'une usine de fabrication de verre St GOBAIN .
magron claude
  • 2. magron claude | 01/11/2014
bonjour michel
j'ai vu le reportage sur les sel à varan par fr3 çà m'a plu bravo
bonne journée

Ajouter un commentaire